PHOTO-ACCUEIL_BLOG_CARPE
C'est cool !, Humeur

Carpe Diem

Quand on est maman, ou entrepreneure ou l’un et l’autre ou ni l’un ni l’autre, on a toujours des tas de choses à faire, du linge, ranger, penser à la sieste, faire à manger, équilibré mais original et bon, mais bosser aussi pour sa boite, bosser ses cours…

À force on ne sait plus ce qui est bien pour soi ! J’ai vraiment beaucoup de mal à me poser car je me suis créé un monde hyperactif dans lequel je suis sans arrêt sollicitée. Par le taf, par les enfants, par moi, par le sport, par les gens… La semaine c’est speed, boulot, repas, bains, enfants qui crient, devoirs, re-boulot tard, et en fait je me rends compte d’un coup que mes week-ends sont pareils ! Alors avec les cours que j’ai repris, c’est impossible de ne pas travailler en plus le week-ends, mais je ne sais plus profiter et prendre du temps pour moi, pour mon couple, pour ma vie de famille et c’est nul !

Résultat on ne savoure plus.

Bale_carpediem

Depuis plusieurs moi je rêve de partir en week-end, même tous les quatre (dur de faire garder les deux enfants alors si on part c’est à deux, à quatre ou pas !) Mais on peut pas partir un week-end, c’est trop cher. Je me peux pas mettre 100 euros dans une nuit, payer les repas, le trajet. C’est chiant mais il faut faire avec. C’est frustrant et rageant avec tout ce qu’on bosse. Nos gamins ont aussi le droit de changer d’air.

Je me rappelle que petite, mes parents nous emmenait au ski. Je suis triste et fâchée après moi de ne pas y emmener les miens. J’allais en école de ski, je passais des vacances de rêve. Et les miens non. L’été nous partons une semaine. Je dirais bien qu’on économise toute l’année pour se payer cette semaine, mais même pas. On n’a pas assez pour mettre de côté. On réserve et on se dit qu’on paiera de toute façon. Comme quand t’as une merde sur ta bagnole. Tu vas la réparer de toute façon, tu trouveras des solutions alors hors de question de ne pas pouvoir se payer cette seule semaine de vacances par an ! D’ailleurs, ne pas prendre plus d’une semaine par an, une vraie semaine, pas deux jours par ci, un week-end prolongé par là, c’est pas humain. Mais voilà en indépendant si t’es en vacances tu ne rentres pas d’argent. Et sans argent, pas de vacances ! C’est un choix.

Alors ce matin, dimanche, j’ai vu ce soleil, on petit-déjeunait et j’ai dit à mon mari viens on s’en va ! On va à Bale, c’est pas tout près mais ça change ! Y’a de l’eau, des parcs, on y va et on va faire… rien. On va pas au musée, on va pas voir quelque chose ni quelqu’un. On part sans idée, sans prévoir. On verra la bas.

On a pris bébé Clarence (le grand est chez mamie). On a trouvé un Carrefour ouvert à St Louis, je suis allée acheter des sandwichs, des chips, du coca et des sucettes. On s’est posé à Bale dans un parc au bord de l’eau. On a laissé Clarence courir. Il est tombé plein de fois dans l’herbe, Il a rigolé, pleuré aussi. On s’est assis au soleil avec notre pique nique. Il faisait bon. Les gens étaient posés, zen, c’était calme. Pas de chiens qui aboient, pas de gosses qui crient, pas de musiques avec du son désagréable. Juste le calme. C’était bien. On a marché, on a discuté. On s’est rappelé qu’avant d’avoir les enfants on faisait ce genre de sorties très souvent. On était un peu nostalgiques, mais en fait on s’en fout, on va pas vivre avec le passé, on a les moyen de se créer notre présent et nos futurs souvenirs !

Bale_01
Le monde actuel est tel qu’on est conditionné dans l’idée que prendre du temps pour soi, ou simplement se reposer c’est mal. J’ai moi-même une très mauvaise image du canapé, c’est dire. Je n’ai pas de canapé confortable car je n’ai pas le temps de m’y reposer. Donc personne ne s’y repose. C’est triste quand même (pour mon mari ! ;)) Tout est speed, on est speed tout le temps.

Dans mon travail c’est pareil. Et c’est pas normal d’être tout le temps comme ça en stress. Je me suis dis que j’étais mal organisée, mais compte tenu de ma façon assez rapide à gérer les choses après réflexion j’en doute ! C’est juste qu’on prend l’habitude d’accepter de plus en plus de choses dans un temps de plus en plus court. Et il faut changer ça, j’ai pas envie de crever d’une attaque à 33 ans (ouf je les ai pas encore !)

On est allés voir les avions en repartant. J’adore les avions. On est resté presque une heure. Et maintenant on rentre. Je sais que mon travail m’a attendu bien sagement. Je m’en fous, je vais devoir le faire de toute façon sauf que ça sera quand je l’aurais décidé, sans pression ! Mon sport m’attend aussi, le linge, les chats, Clarence qui sera à fond, le repas, le stress de lundi, ma toux et mon nez bouché, mes yeux qui piquent… la routine quoi ! Mais sans routine on ne se rendrait pas compte des bons moments je crois… Carpe Diem.




signature mathilde chamallow addict
Article précédent Article suivant

Tu pourrais aussi aimer lire

Pas de commentaire

Laisse une réponse