Famille, Maternité

La maman césarienne est une guerrière !

Bébé à 16 mois passé et cet article je l’ai sous la main depuis un bout de temps tu t’imagines ! Après plusieurs articles moins personnels j’ai eu envie de te partager de nouveau une période importante de ma vie.

Si je pouvais te partager mon état d’esprit au moment où le gynécologue m’a parlé césarienne ça serait avec ces mots là : inenvisageable, tu retires tout de suite ce mot de ton vocabulaire et complètement flippée, j’ai une peur bleue qu’on m’ouvre. Quand je me coupe je me sens déjà mal…

Après 8 mois de grossesse parfaite dans le sens santé du bébé. Je n’ai souffert que d’aléas classiques de grossesse (enfin bon j’ai perdu 3/4 kilos au début et à la fin j’étais tout le temps chez mon ostéo !), nausées, vomissements, doc bloqué, pubalgie, brûlures d’estomac, insomnies mais pour bébé c’était au top. Du là où il était il s’éclatait à me défoncer le bide à coups de pieds et poings… Quand à 6 mois il n’était pas dans le bon sens, je ne me suis pas plus inquiétée car c’était pareil pour bébé 1 qui s’amusait à faire de tours, un coup en bas un coup en haut…

Puis 7 mois toujours en siège. Je m’inquiétais pas. Tout se passait bien, y’a pas de raisons qu’il ne se retourne pas. On a quand même mis en place des procédés d’acupuncture et de chauffage d’orteil avec du moxa (on aurait dit des gourous dans l’appart !) pour le faire se retourner. Les positions aussi les jambes en l’air, bref, tout pour lui montrer le sens de sortie, rien n’a faire !

césarienne exorciste

Bébé étant en siège il était pour moi évident qu’il sortirai en siège. Tout simplement parce que même si 3% des bébés restent en siège, je ne voyais pas pourquoi il n’était pas possible de l’accoucher par voie basse. Pour moi c’était normal. Pas de raison qu’il ne passe pas.

Quand j’ai senti que ça se goupillait mal tout ce que je voulais c’était des informations médicales sur la césarienne. Peut m’importaient les avis des mamans, bien, pas bien, je voulais juste savoir comment ça se passait. Les médecins sont rats avec ça, ils ne veulent pas trop en dire. J’ai quand même réussi à sortir quelques infos à mon gynéco, qui m’a trouvé trop curieuse. Attends mon petit Monsieur, il s’agit quand même de mon ventre ! Ok il voulait pas me faire flipper…
Outre le fait que se site est affreux graphiquement, je l’ai trouvé très bien pour me renseigner.

A J-15, on a envisagé de parler de la césarienne avec le gynécologue d’une manière plus détaillée, en tout cas lui l’envisageait, mais à aucun moment il ne m’a forcé la main. Il fallait que je sache que si l’accouchement par siège se passait avec une quelconque difficulté alors c’était césarienne. Que je risquais aussi de passer par une césarienne d’urgence dans le cas où le bébé ou moi venions à avoir le moindre souci lors de la sortie. Le siège ne serait pas déclenché chimiquement pour avoir des contractions efficaces (ah la joie des contractions sous médicament… une horreur !).

Tout ça mis bout à bout, j’en ai déduis que j’avais 3 « chances » sur 4 de finir en césarienne.
Etait-ce nécessaire de prendre des risques ? Pour le bébé ? Pour moi ? Mon premier accouchement voie basse ne s’étant pas bien passé (manque d’air pour bébé et dépression post partum pour moi, j’en ai parlé dans ce post) devais-je prendre le risque de recommencer ? La césarienne c’est plus de risques pour la mère, mais je pensais pouvoir les maîtriser (la cicatrisation, la douleur…) et j’avais vraiment une grande confiance dans mon médecin et dans la maternité.

Lors de mon rendez-vous le 14 septembre 2015 avec mon gynécologue, il a regardé mon scanner pour voir la taille du bassin et valider une dernière fois l’accouchement en siège. Mais j’avais déjà fait mon choix. j’avais retourné la situation dans tous les sens pendant une semaine, j’ai parlé avec des amies mamans, des différentes options que j’avais et j’ai fait mon choix. Il ne m’a été dicté par personne, ça a été dur, pas que je tenais à tout prix à l’accouchement voie basse, mais je ne tenais pas du tout à la césarienne, je n’avais pas envie de me faire charcuter éveillée !

Sur le moment j’avais fait ce dessin qui représentait vraiment mon désarroi !

Consultation 9 mois
Je lui ai dit que le choix était fait, ça serait une césarienne. Il a été soulagé je crois. Il avait un créneau le lendemain, on a accepté, on avait imaginé cette scène déjà ! On s’était dit, imagine si le gynéco nous propose demain, on dit quoi ? On était prêts. Et voilà une césarienne programmée dans quelques heures !! J’étais contente en fait. Il n’y avait plus de salle de réveil disponible pour maman, papa et bébé, on pouvait décaler mais j’ai pas voulu (dans cette maternité tu peux être en famille au lieu d’être seule en salle de réveil et privée de ton bébé, c’est juste génial !). Je voulais rencontrer mon bébé, j’étais plus à quelques heures près !

Et j’avoue que cette partie n’a pas été de tout repos. Même si tout se passe très vite (45 minutes : 1/2h entre l’arrivée au bloc et la sortie du bébé et 15 minutes pour tout recoudre). Pendant l’opération j’avais le coeur qui faisait des bons entre 70 et 120 pulsations, je me sentais mal, très stressée et super émotive, proche du malaise… bref j’essayais de me concentrer sur mon rythme cardiaque et de le réguler, je me suis dit que ça serait pas de bol de tomber dans les vapes maintenant. Même si mon chéri était là, il se place au dessus de la tête et je ne l’ai pas vu de la demie heure. Lorsque le bébé est arrivé, je l’ai eu contre moi quelques secondes, c’était vraiment court et c’est son papa qui s’en est occupé. Je suis restée (enfin bon pas trop le choix !) pour finir le travail et poser les agrafes de compétition ! Ensuite salle de réveil, une petite allergie à l’anesthésiant et presque 3h plus tard je suis allée retrouver mes chéris et 1h après j’étais d’attaque pour recevoir le grand, ma tante et ma grand-mère ! Tout ça !

Je ne me suis jamais sentie aussi bien après un accouchement. Super en forme, contente, je me suis sentie maman tout de suite. J’avais mal, mais c’était normal, pas pire que ça (mais je sais que j’ai une tolérance à la douleur !), il ne fallait pas me faire rire, ça faisait trop mal 🙂 Mais le soir j’étais déjà debout, le lendemain matin je marchais sans trop souffrir.
Pendant toute la période post et pré-césarienne j’ai pris de l’homéopathie conseillée par une infirmière spécialisée, je suis sûre que ça m’a beaucoup aidée.

Je t’ai pas parlé du papa ! J’ai vraiment apprécié sa position car il avait son avis sur la question mais n’a jamais voulu me forcer la main. Il m’a laissé prendre mon temps et faire mon chemin. Ensuite en discutant, j’ai su qu’il était pour la césarienne pour le bien du bébé. Alors bon j’étais un peu déçue parce que je me disais qu’il s’en fichait qu’on me charcute, ou qu’il ne me faisait pas confiance dans le fait de faire naître notre enfant par voie basse. Mais j’ai changé et du coup il a été présent tout le temps et peut importe mes choix il m’a soutenue. C’est capital !

Finalement cette césarienne m’a réconciliée avec le fait de donner la vie. Je pensais au début que mon premier accouchement était normal, que c’était normal d’avoir autant souffert physiquement et après dans ma vie de maman et j’ai pu me rendre compte que non ! Cette césarienne m’a permis de faire le deuil d’une sale période.

Alors si toi tu as aussi eu ton bébé par césarienne, déjà emploie le mot accoucher, beaucoup de mamans pensent qu’elles n’ont pas accouché. Une césarienne à autant de valeur qu’un accouchement que par voie basse et tu prends un max de risques pour préserver ton bébé, tu es une guerrière ! L’important est de mettre ton enfant au monde, peut importe qu’il ait décidé de mettre le bazar dès le début^^ Et merde, t’as vu les risques que tu as pris ? C’est pas rien ! Alors sois fière de toi.

xena guerrière
En plus j’ai a un beau souvenir ! Cette cicatrice, bien cachée, bien faite, (merci à mon gynécologue), que je garde bien précieusement comme le souvenir d’un vrai accouchement, qui s’est bien passé, enfin.




signature mathilde chamallow addict
Article précédent Article suivant

Tu pourrais aussi aimer lire

4 Commentaires

  • Répondre Agathe à

    Je suis vraiment contente que tu aies si bien vécu ta césarienne et ton 2nd accouchement! Nous avons ce point en commun d’un 1e accouchement difficile et d’un 2nd qui nous réconcilie, mais dans mon cas, j’ai eu une césarienne (en urgence) en 1e et un accouchement voie basse ensuite. Et, oui, après la césarienne je ne considérais pas avoir accouché, ca a été très difficile, et j’ai beaucoup appréhendé le risque de césarienne ensuite… heureusement je suis sereine à présent. Bisous!

    • Répondre Mathilde Cherry Fizz à

      Coucou. C’est mieux dans ce sens au moins ! En tout cas je pense être traumatisée de l’accouchement voie basse ! Plus personne ne passera par la ! 😉

  • Répondre Marine à

    Hello, c’est vraiment cool d’avoir ton retour sur une telle exp. Ça me fait assez flipper tout ça (d’où aussi mon manque d’envie d’avoir un bébé tout de suite), mais lire les avis des autres c’est limite rassurant…
    A bientôt !

    • Répondre Mathilde Cherry Fizz à

      Coucou Marine ! J’ai toujours été super sereine, pour le premier et le second, comme quoi tu vois, cela ne présage de rien ! Il ne faut surtout pas que tu penses que cela puisse mal se passer. Avant de flipper je ne me suis jamais posé la question. On est très bien suivie tu peux trouver plein de bons conseils et bons médecins que te recommandent les mamans proches de chez toi ! A bientôt. Bon we !

    Laisse une réponse