PHOTO-ACCUEIL_BLOG-enfant
Ca me soûle !, Enfant, Humeur

Mes enfants je vous aime mais vous m’usez !

Si un jour vous tombez sur cet article sans filtre, ne vous inquiétez pas, sachez qu’on peut user quelqu’un mais qu’il ne vous aime pas moins pour autant. Parfois même je me dis qu’il serait tellement plus simple de se libérer de tout ça et laisser chacun vivre sa vie sans prise de tête. Mais avec votre père on veut vous donner le meilleur. Ou du moins ce qui nous semble être le meilleur pour vous dans la vie, pour que vous puissiez faire plus tard vos choix, que vous puissiez converser avec des gens en toute intelligence, que vous vous sachiez qu’élever des enfants ça n’est pas tout leur accorder, les laisser tout faire pour leur faire plaisir. C’est clairement plus de moments de conflits que de calme et c’est vraiment mais vraiment pas de tout repos.
Voilà pour vous les enfants.


Maintenant passons aux choses sérieuses ! Maintenant que toi aussi tu as compris combien je les aime je peux dire vraiment ce que je pense là au moment M, enfin moment M depuis plus de 6 mois en fait.


Les enfants vous me fatiguez parce que vous vous levez trop tôt le matin ;
Parce que un de vous deux décide que depuis plus de 6 mois dormir la nuit c’est surfait ; Et que le grand nous a fait déjà ce truc là pendant 3 ans !
Parce que un de vous décide de se relever toute la soirée et de nous narguer ;
Parce que vous passez votre temps à vous disputer ;
Parce que quand un n’est pas malade c’est l’autre. Ou les deux en même temps ;
Parce que dès qu’un enfant tousse la nuit je sursaute ;
Parce que dès qu’en enfant pleure j’ai envie de fuire ;
Parce que j’ai le ventre qui gonfle de stress et les douleurs qui vont avec ;
Parce que j’aimerais passer du temps avec l’un mais que l’autre est tout le temps là ;
Parce que j’aimerais pouvoir passer des soirées sans vous mais je ne peux pas (souvent) ;
Parce que je voudrais faire un week-end par an avec votre père sans vous mais qu’on ne peut pas ;
Parce que je voudrais qu’une fois à table vous arrêtiez de tirer la gueule que je vous apporte vos assiettes ;
Parce que quand je fais un gâteau c’est pas celui que vous vouliez ;
Parce que quand je fais le gâteau au chocolat que vous aimez vous ne le mangez pas ;
Parce qu’en 10 ans de vous on dirait que j’ai pris 15 ans… et 8 kilos ! ;
Parce que je n’ai plus de vie en dehors de vous, ou alors au dépend d’autres choses ;
Parce qu’il y en a toujours un qui passe sa journée à hurler pour tout ;
Parce que j’ai fait tout ce que je pouvais pour vous garder le mercredi mais que cette journée est horrible au final ;
Parce qu’on m’avait pas dit tout ça, sinon c’est sûr il n’y aurait plus de nouvelle génération 😉
Parce que malgré tout ça on ne peut pas moins vous aimer et que donc on prend sur nous en permanence ;
Parce que quand on n’est pas avec vous, bah on s’inquiète pour vous ;
Parce qu’être parent c’est faire le deuil de la tranquillité d’esprit !
Parce qu’actuellement la vie à la maison n’est vraiment pas agréable et qu’on trouve très peu de bons moments, ou de moment pour nous en couple ;
Parce que je n’ai plus l’impression d’habiter chez moi mais chez vous ;
Parce que dès que j’ai un peu d’argent ça part pour vous ;
Parce que parfois je voudrais partir et tout laisser en plan ;
Que je préfère aller à des soirées de boulot plutôt que supporter les cris et les pleurs ;
Parce qu’on est frustrés d’être fatigués, de ne pas avoir la force de faire ce qu’on aimerait ;
Parce que parfois je regrette, oui, j’aimerais enlever ce poids, cette charge, cette prison même, cette responsabilité permanente, cette fatigue collante, qui ne me laisse jamais tranquille ; je suis consciente que je suis à la limite d’un burn out… J’en parlais déjà ici, ma seul solution c’est d’en parler.
Quand vous êtes là on voudrait que vous soyez ailleurs pour avoir du calme, quand vous n’êtes pas là on espère que vous allez bien et vous nous manquez (un peu :)).
Parce qu’on imagine même pas qu’il puisse vous arriver quelque chose on en crèverait !

Parfois j’aimerais avoir une journée de temps en temps où je n’ai jamais été maman, pour pouvoir vivre toute autre chose. Bien sûr sans les avoir connu pour ne pas penser à eux. Parce que un fois que tu les connais tu les aimes trop, c’est ça qui fiche le bordel ! C’est sûrement ça, trop d’amour pour eux en fait.




signature mathilde chamallow addict
Article précédent

Tu pourrais aussi aimer lire

Pas de commentaire

Laisse une réponse