Divers, Humeur, Lifestyle

Mon joli métier de graphiste : Vivre (financièrement) de ma passion

Quand je parle de vivre de sa passion, j’entends bien sûr pouvoir vivre financièrement. 

Pouvoir survenir à ses besoins.
Pour remettre dans le contexte, je suis graphiste (maintenant Directrice artistique, et oui je monte en grade, je pourrai même dire chef de projets) freelance (à mon compte) depuis tout début 2008.  
Quand j’ai commencé a créer pour en faire mon métier, c’était avec passion. Avec peu ou pas d’expérience mais avec beaucoup de motivation et l’envie de dessiner.
Maintenant j’en vis ! Youhou, licorne, paillette et tout et tout ! Attention j’en vis, genre un peu au delà du SMIC, mais j’ai un mari salarié donc ça aide. 
Parfois même je peux me permettre de choisir mes clients ! Pour faire clair, d’en refuser. Client trop pénible, contrat peu intéressant… 
Hors voilà entre pratiquer sa passion et travailler avec sa passion ce n’est pas tout à fait pareil. 
Au début, on est super motivé, on a faim et on ne sait pas calculer son taux de rentabilité. On ne sait pas encore que notre retraite si on ne l’a fait pas nous même on n’aura rien, on ne sait rien de rien, on apprend tout ça au fur et à mesure. Depuis 6 ans j’en apprends encore régulièrement. 
On est “jeune”, créatif, motivé, sans aucune idée du réel coût de la vie, on vit vraiment pour notre passion. En gros on plombe le marché, parce que niveau créa on n’est pas si mauvais (on est de SUPERBONS stagiaires !), mais après niveau gestion de projet, c’est pas ça.
Ce que j’ai remarqué c’est que la passion avec laquelle j’ai commencé, je l’ai toujours, dans le sens où j’adore toujours dessiner, passer des messages par la création, aider des clients à se faire connaître avec une belle identité.
Mais voilà je DOIS en vivre. Et par rapport à mes débuts d’étudiante où je vivais avec 600 euros par mois j’ai changé ! Un mari, un enfant, une voiture… Tout ça a un coût.
Ma retraite, ma complémentaire, mes assurances pro aussi ! Et c’est là que tout se corse. Car j’ai eu des remarques comme quoi j’étais trop “carrée”, trop rigide, mais les gens ne se rendent pas bien compte des étapes de la création, des frais, des charges et c’est devenu un METIER est plus un loisir. Et donc je réfléchis METIER, rendement, argent, temps de travail. Moins glamour je vous l’accorde mais tellement plus rémunéré ! Et c’est aussi dans le travail qu’on se rend compte que tout n’est pas rose ! Ne pensez-pas que tous les projets sur lesquels je travaille m’éclatent ! 
Moi aussi j’ai envie de légèreté ! Mais le jour où le client n’est pas content, on fait quoi ? Il met de l’argent en jeu, alors je dois faire tout pour que cela lui rapporte. De professionnel à professionnel. Carrée, exigeante, chiante, peut être, mais en cas de souci les gens oublient au départ que tu étais sympa et n’hésitent pas à te menacer ou te mettre un procès ! Donc non, pas de copain/copain, mais de pro à pro.
Les gens souvent pensent à tord qu’on dessine, que c’est notre passion, alors qu’on n’a pas forcément besoin d’argent.
Oui j’ai un métier que j’aime et donc quoi ? Je dois être punie pour ça ? Comme tout le monde, je dois me payer un toit, à manger… Et surtout des frais de fonctionnement (logiciels de création – et non je ne pirate pas – assurances pro, retraite car je ne cotise pas, prévoyance pour maladie, chômage, assurances pro juridique, imprimante, essence, la base quoi…)
Mes clients sont exigeants, ils veulent le top, tant mieux je suis exigeante envers moi et je veux leur donner le top. Je mets mes capacités à 100% pour eux. Donc oui, je réfléchis argent, devis, temps de travail, facturation, délais, charges, prestataires… et création. 
Ma passion c’est mon métier et mon métier est un travail, qui m’occupe au moins 35h par semaine. Il est absolument inconcevable que je ne touche pas d’argent pour une semaine de travail. 
Dans les métiers de la création, on demande de la créativité, alors oui certains ont des dons, mais ce n’est pas pour autant qu’ils ne méritent pas salaire. C’est juste un plus qu’ils ont, mais ils travaillent tout autant. Et même d’ailleurs s’ils ont un don et sont meilleurs que d’autres ils méritent encore plus gros salaires 😉 
A côté de cela je me garde du temps pour continuer à dessiner pour le plaisir, pour moi, des amis, je ne demande pas d’argent car je le fais par plaisir, quand j’ai un peu de temps libre. Mais pour tous les autres ils faut faire la différence. Car dessiner j’adore mais pas forcément pour mes clients, la nuit, les week-end et les jours fériés. Chez certains c’est induit. Mais non j’aspire à une vie privée !! 
Ma passion est devenue mon métier et mon métier le moyen de vivre dans mon pays et je n’ai rien contre le troc mais mon propriétaire n’est pas fan. 
Je vous souhaite aussi de vivre de votre passion et surtout d’en vivre financièrement ! 
Ici qui vit de sa passion ? Vous faîtes quoi ? 
signature mathilde chamallow addict
Article précédent Article suivant

Tu pourrais aussi aimer lire

Pas de commentaire

Laisse une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.